Serendipitié !

Ainsi le mot « serendipity » est à la mode. Pierre Haski suggère dans Rue 89 d’en faire le mot de l’année. Selon lui, nos divagations sur le web (divagation dans son sens premier, le fait d’errer ça et là, sans direction précise) sont à l’origine de son essor… ou plutôt de son apparition récente dans le vocabulaire commun. Car les scientifiques le connaissent depuis longtemps. Personnellement, je l’ai découvert en participant à un congrès de producteurs (audiovisuels) s’intéressant à la science. C’était en 2001, à Washington, un mois après le 11 septembre (aucun lien de cause à effet, je raconte ça de façon purement anecdotique).

J’ai une affection particulière pour ce mot, « serendipity » : le don de faire des découvertes heureuses par hasard, m’avait-on expliqué à l’époque. « L’aptitude à faire preuve de perspicacité dans des occasions imprévues, ou encore la faculté de trouver un intérêt ou une explication à des problèmes rencontrés par hasard », indique le dictionnaire culturel des sciences (le Seuil – 2001). L’idée qu’un seul mot ne se traduise pas autrement que par une périphrase me réjouit et montre une nouvelle fois la créativité lexicale des anglophones. Forgé par Horace Walpole, écrivain britannique du XVIIIème siècle, « serendipity » vient  d’un conte persan, les Trois Princes de Serendip. Serendip était l’ancien nom du Sri Lanka. L’histoire raconte les aventures de trois princes qui, au hasard de leur route, vont d’observation en déduction, de déduction en découverte, grâce à leur sagacité.

Si, pour moi, l’harmonie de « serendipity » ne fait aucun doute, mes oreilles, en revanche, s’accommodent fort mal du néologisme français « sérendipité » (essayez de le dire à voix haute, vous verrez, on a en plein la bouche et le nez). Je rêve qu’un linguiste distingué trouve une traduction plus élégante. Il y a, dans ce mot, les idées de hasard, mais surtout d’intuition et d’intelligence, autant de qualités nécessaires pour faire d’heureuses découvertes. Car la pénicilline, illustration, s’il en est, du concept de « serendipity », n’a pas été découverte par accident, mais bien grâce à l’observation, l’intuition et la réflexion de chercheurs (et pas seulement de Fleming, comme le raconte la légende). Et si Becquerel découvre la radioactivité naturelle en observant une plaque photographique accidentellement impressionnée par un sel d’uranium, c’est bien parce que son esprit et ses sens étaient en éveil.

Quant à moi, je serais curieuse de vérifier si le cocktail « Serendipity », dont la composition semble étrange à première vue, mérite son nom : menthe, calva, jus de pomme, champagne. Servi au bar du Ritz, ce cocktail a une histoire… comme tous les cocktails, non ? On raconte qu’un client célèbre (mais je ne me souviens plus de qui il s’agit, je ne pense pas que ce soit Hemingway à qui l’on prête déjà l’origine du Bloody Mary, que je trouve personnellement imbuvable)… donc, ce client, indécis, ne sachant pas quelle boisson commander, suggéra au barman de lui préparer un cocktail au hasard. Jugeant délicieux le résultat, le client baptisa « Serendipity » le cocktail ainsi créé. J’imagine mal demander un « Sérendipité » au barman… si un esprit imaginatif a une suggestion pour un équivalent français de ce mot à tiroirs, je suis preneuse. 

 

0 Réponses à “Serendipitié !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




réflexion en partage |
REFLEXIONS |
MDB COURBEVOIE LA ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | conscienceveil
| Recherche d'emploi
| chacun notre histoire