Mister Condom ou la force du local

L’ homme est réjouissant, l’incarnation de ce fameux « optimisme de la volonté » et de l’action. Il s’appelle Mechai Viravaidya, il a près de 70 ans, il est Thaïlandais, expert en santé publique. Je l’ai découvert au dernier rendez-vous de TedxChange, relayé par TedxParis, le 20 septembre dernier. Il prenait la parole à l’occasion du sommet sur les objectifs du millénaire pour le développement. Le mieux c’est de le regarder et de l’écouter dans la vidéo ci-dessous. Mais si vous n’avez pas 14 minutes, voici quelques mots sur lui.

En Thaïlande, Mechai Viravaidya est « Mister Condom ». Jeune homme, après des études en Australie, il s’attaque à la lutte contre la pauvreté en se focalisant sur la baisse de la natalité. Plutôt que d’organiser de vastes campagnes impersonnelles, du haut vers le bas, il mise sur la puissance du local. Il part du terrain, s’appuyant sur tous les relais humains qui peuvent transmettre contraceptifs, préservatifs et information. Ce sont d’abord les personnels de santé qui sont formés à la promotion de la pilule auprès des femmes. Constatant qu’il ne touche ainsi que 20% du pays, Viravaidya décide de distribuer des capotes de la même manière que coca-cola vend des boissons. Partout où l’on peut se fournir en coca, on trouve aussi des préservatifs: les petites épiceries des villages, les pirogues des marchés flottants, le moindre point de vente est approvisionné et le maillage s’étend. Viravaidya a recours aux enseignants, aux élèves, et fait même appel aux moines : ils acceptent de bénir les capotes afin de rassurer les familles. Pour lui, aucun doute, la baisse de la natalité et donc la réduction de la misère est « l’affaire de tous » (« everybodys’ job » en vo). Résultat : le nombre d’enfants par famille passe de 7 à 1,5, en seulement 26 ans (de 1974 à 2000).

Lorsque le sida commence à faire des ravages en Thaïlande, Viravaidya alerte le gouvernement. Réponse : déni total, pas d’épidémie de sida dans le pays, assurent les pouvoirs publics. L’homme ne se décourage pas et se tourne vers les militaires, « qui ont beaucoup plus de stations de radio » que le gouvernement. Les messages de prévention, la distribution se multiplient et le gouvernement se décide à entrer en campagne à son tour. La police est mise à contribution via le programme « Cops and rubbers ». Si certains moyens utilisés, comme Captain Condom (sorte de superman du préservatif) ou Miss Condom, relèvent du kitsch, ils n’en sont pas moins hyper efficaces. Les slogans témoignent d’une imagination fertile : « Weapon of mass protection », « Stop global warming : use condoms », « In rubber we trust » . Résultat : une réduction spectaculaire de l’infection par le VIH… même si des progrès restent à faire en matière d’accès aux traitements. Aujourd’hui, Viravaidya poursuit son combat contre la pauvreté grâce au micro-crédit et aux « barefoot entrepreneurs », les entrepreneurs aux pieds nus. Encore une fois, il mise sur le local.

Une telle politique, qui met en valeur le rôle de tous, permet à chacun d’avoir un objectif, bâtit un réseau humain dense et large en partant de la réalité du terrain, je ne crois pas que ce soit le seul apanage des pays en développement. Je crois que c’est aussi ce sur quoi nous devons nous concentrer. Dans les pays occidentaux aussi, l’imagination créatrice, les volontés, l’enthousiasme ne manquent pas. Mais ils butent souvent contre des politiques rigides, des cadres stricts, des schémas d’organisation et autres plans de gestion, conçus abstraitement dans des bureaux, loin de la réalité du terrain. L’excellisation de nos sociétés et la gestion froidement comptable des activités humaines font particulièrement preuve de leurs limites lorsque la relation est indispensable, comme dans les milieux de soins et d’enseignement. Avec un peu d’écoute, de souplesse, de reconnaissance et de confiance en l’humain, en celui qui « a les mains dans le cambouis », je suis sûre qu’il y a moyen de faire oeuvre utile et efficace.

Image de prévisualisation YouTube

0 Réponses à “Mister Condom ou la force du local”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




réflexion en partage |
REFLEXIONS |
MDB COURBEVOIE LA ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | conscienceveil
| Recherche d'emploi
| chacun notre histoire