La transmission du flambeau

Ce matin, aux Invalides, un petit vent glacial pinçait la peau. Pourtant, une vague de chaleur humaine, un souffle d’espoir flottait parmi la foule rassemblée pour les funérailles de Raymond Aubrac. Les anonymes qui, comme moi, assistaient à la cérémonie de départ de l’illustre résistant semblaient vouloir témoigner d’une chose: l’esprit de résistance ne meurt pas avec ses derniers représentants. Leur audace et leur courage résonnent plus que jamais dans le monde compliqué au sein duquel nous nous débattons.

Un petit garçon étonné, des jeunes filles concernées, des adolescents graves, des jeunes adultes recueillis, des moins jeunes émus, des médailles, des cannes et des cheveux blancs, d’anciens camarades de lutte, quelques politiques discrets composaient ce matin une foule attentive et concentrée. L’ exemple de Lucie et Raymond Aubrac, transmis sans relâche aux plus jeunes à travers les multiples échanges qu’ils ont eus avec les lycéens ne s’évanouira pas avec leur disparition physique. D’ailleurs, s’ils ont témoigné inlassablement, c’est bien qu’ils comptent sur nous, confiants.

Un engagement dont fait preuve à son tour Renaud Helfer-Aubrac, leur petit-fils, conseiller à la mairie de Paris, très impliqué dans l’humanitaire, « sans-fontiériste » convaincu. Il éclairait ce matin l’événement de sa présence bienveillante. A la fin de la cérémonie, devant les Invalides, généreux, il avait un mot pour les uns, un sourire pour les autres. En l’observant, j’ai compris que la flamme des Aubrac brûle toujours, bien vivante. Grand-père et petit-fils ont ensemble écrit un livre, Passage de témoin, évoqué dans cet entretien à TV5 Monde.

Image de prévisualisation YouTube

L’ennemi d’aujourd’hui est plus difficile à cerner, mais il a le même visage haineux que celui d’autrefois : xénophobie, intolérance, fanatisme. J’ai même envie d’ajouter défaitisme, discours de peur qui pousse à bout, qui conduit à l’idée que « l’on n’y peut rien ». Parce que les Aubrac, de génération en génération, sont convaincus qu’il faut penser et s’engager sur le long terme, parce que leur envergure témoigne d’un autre horizon, je leur dis merci ! Merci à cette magnifique famille d’exister et de nous donner l’espoir que, peut-être, nous saurons à notre tour être à la hauteur de leur esprit de résistance.

0 Réponses à “La transmission du flambeau”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




réflexion en partage |
REFLEXIONS |
MDB COURBEVOIE LA ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | conscienceveil
| Recherche d'emploi
| chacun notre histoire