Archive pour la Catégorie 'Cinéma'

Le protocole pris au piège

Cette belle formule, dont je ne suis pas l’auteure revient à Alexandre Astier. Comédien, auteur-réalisateur-metteur en scène, musicien, connu pour la série Kaamelott, il a réalisé le film David et Madame Hansen qui sort aujourd’hui en salle. Hier matin, sur les ondes d’Inter, dans l’émission de Pascale Clark, j’ai eu le plaisir de l’entendre évoquer un documentaire allemand, Une journée disparue dans le sac à main, en particulier l’héroïne dudit documentaire qui a inspiré son film. Il expliqua, en substance que, par chance, cette femme, malgré la maladie, avait encore les moyens d’exprimer ce qu’elle ressentait, pouvant ainsi « envoyer chier » (je cite !) l’ergothérapeute à chaque tentative de proposition d’ « activité ». Et de raconter sa jubilation devant « le protocole pris au piège ». Lire la suite de ‘Le protocole pris au piège’

Antidote à la grisaille

Quand la grisaille est là, quand le blues s’installe, quand tout semble morose, j’ai quelques antidotes dont Some like it hot et les films de Jacques Demy. Je rêve de divaguer avec l’élégante Fée des Lilas de Peau d’Ane, de traverser le cadre coloré et de sentir sur ma peau les effets du soleil généreux des Demoiselles de Rochefort. Et je nous imagine le culot et le talent pour danser et chanter dans les rues comme les passants de ses films.

Lire la suite de ‘Antidote à la grisaille’

La lumière du savoir

Dans le très beau documentaire du chilien Patricio Guzman, Nostalgie de la Lumière, il y a des gens qui cherchent. Des astronomes qui scrutent le ciel lointain en quête des origines de l’univers. Des archéologues qui fouillent la terre aride et sec du désert d’Atacama pour mettre à jour un passé plus récent (10000 ans tout de même), plus humain. Et puis, des femmes, des mères, des veuves qui grattent inlassablement un territoire immense dans l’espoir de retrouver des traces de leurs proches disparus sous la dictature de Pinochet.

Image de prévisualisation YouTube

Lire la suite de ‘La lumière du savoir’

Je ressens donc je suis et je résiste

Lorsque j’ai réfléchi à la forme de mon film, Neuromarketing, des citoyens sous influence,  je me suis souvenue de plusieurs films de science-fiction réalisés après-guerre, en noir et blanc. Leur scenari établit un lien entre l’absence d’émotions, l’intelligence et la puissance. Le Village des Damnés, film britannique de Wolf Rilla (1960), met en scène les habitants d’un village confrontés à la présence d’enfants « surdoués », hyper intelligents et télépathes. Ces enfants, fruits d’un croisement entre extra-terrestres et femmes humaines plongées dans un profond sommeil, comme l’ensemble de la population, sont dénués d’émotions. « If you had no emotion, you would be as powerful as we are », dit l’un d’eux au professeur qui leur fait la classe.

Lire la suite de ‘Je ressens donc je suis et je résiste’

L’espérance et les journalistes

« On sait bien que ce n’est pas l’espérance qui intéresse les journalistes. » Cette phrase apparemment anodine, prononcée par frère Célestin dans le très beau film de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux m’a littéralement harponnée. Traversée, sur le moment, par une fulgurance inattendue, je me la repasse depuis mercredi dernier.

Lire la suite de ‘L’espérance et les journalistes’

Sens et sensibilité

Il y a des films qui font réfléchir, des films qui font rire, des films qui transportent et des films qui soulagent. Huit fois debout, le premier film de l’écrivain et scénariste Xabi Molia, fait tout ça à la fois. Ce petit bijou sorti hier en salle est une merveille de délicatesse et d’intelligence. Un regard porté sur une femme et un homme inadaptés au monde que nous nous sommes bâtis. Leur décalage met en lumière, par petites touches subtiles, l’aberration de nos sociétés formatées et normalisantes. Il nous renvoie à notre propre sentiment de décalage, à tous ces moments où l’on se demande pourquoi on a tant de mal à se sentir à l’aise dans un monde où il faut être « performant », « gagnant », « leader sur la manip », un univers où le leitmotiv consiste à relever des « challenges » qui nous paraissent dénués de sens.

Lire la suite de ‘Sens et sensibilité’

Indispensable catharsis

Depuis quelques jours, je me demande pourquoi le documentaire de Christophe Nick, Le Jeu de la Mort, m’a mise si mal à l’aise. Moi qui suis convaincue de la banalité du mal, concept dont Hanah Arendt est l’auteure, j’aurais dû me réjouir de l’implacable démonstration de sa réalité.

Lire la suite de ‘Indispensable catharsis’

La barbe !

Ô victoire, un jour par an, les femmes ont leur journée ! Quel que soit le thème, cette idée marketing de la journée de ceci ou de cela m’agace. J’ai tellement l’impression qu’il s’agit d’une BA annuelle, sur le mode « Vous voyez, on pense à vous », pour mieux oublier ensuite. A quand une journée de l’homme ? Bon, je ne vais pas faire la fine bouche, puisque journée il y a, saisissons l’opportunité et évoquons le thème du jour. Et pour ce faire, j’appelle à la barre… la pilosité.

Lire la suite de ‘La barbe !’

Tics et masques des despotes

Vu, il y a quelque temps déjà, Vincere, le dernier film de Marco Bellochio : l’irrésistible ascension de Mussolini et l’inéluctable déchéance de la femme qui lui a permis de gravir les marches vers le pouvoir : Ida Dalser.

Lire la suite de ‘Tics et masques des despotes’

Mulieris dignitatem

Au courrier du jour :  « Chère Madame, comme toutes les femmes, vous avez mille projets en tête… refaire la décoration du salon, craquer pour une nouvelle voiture ou bien vous offrir une semaine de thalasso en hiver… ». Des rêves et des projets, je ne sais pas si j’en ai mille en tête (ça fait beaucoup, non ?) mais ce qui est sûr, c’est que ce ne sont pas ceux là. Ce « Comme toutes les femmes », je le trouve… exaspérant.

Lire la suite de ‘Mulieris dignitatem’

12



réflexion en partage |
REFLEXIONS |
MDB COURBEVOIE LA ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | conscienceveil
| Recherche d'emploi
| chacun notre histoire